Traductions en cours

Château de Versailles

Charles LE BRUN - Les différentes nations de l’Asie et Les différentes nations de l’Afrique

Huile sur toile, 66,5cm x 55cm


Ces deux tableaux présentent un des rares témoignages d’un décor du règne de Louis XIV. En effet, le décor de l’escalier des Ambassadeurs, situé dans l’aile droite du château de Versailles et décoré entre 1674 et 1679 par Charles Le Brun et ses collaborateurs, fut détruit dès le XVIIIe siècle. Ces huiles sur toile permettent ainsi de saisir la genèse de ce décor. Cet escalier était le premier espace de représentation du pouvoir monarchique et menait aux Grands Appartements du roi.

Charles Le Brun a ici représenté des hommes venus de contrées lointaines se tenant devant un ciel bleu sur lequel se détache une colonnade. Ils se tiennent au bord d’une balustrade ornée de riches drapés. Les attitudes, les gestes et les regards sont multiples et les deux compositions se répondent en miroir.

Les clichés ultra-violets ont permis de mettre en évidence un vernis naturel assez hétérogène, présentant un aspect plus ou moins brillant et plus ou moins épais selon les zones. Ces clichés ont également mis en évidence de nombreux repeints (au moins quatre campagnes) disséminés sur la surface peinte.

Les clichés infrarouges et rasants ont mis en évidence des mastics en surépaisseur et irréguliers, créant ainsi une surface chaotique. En lumière directe, les retouches étaient toutes devenues discordantes et troublaient la bonne lecture de l’œuvre.

L’état de présentation des œuvres était peu satisfaisant du point de vue esthétique. L’abondance des restaurations imposées par des lacunes et des zones d’usures nombreuses, disséminées sur toute la surface, a créé une accumulation de matériaux non originaux, altérés et inesthétiques.

Des tests de solubilité ont été effectués afin de juger de la solubilité des vernis et du rendu esthétique recherché. Les tests ont concerné plusieurs plages colorées afin de pouvoir apprécier la régularité du nettoyage et sur des zones présentant une épaisseur de vernis différente entre elles. Une fois le protocole de nettoyage défini, les tests ont pu être agrandis de façon progressive pour s’étendre à la totalité du tableau. Plusieurs étapes de nettoyage ont été nécessaire avant d’aboutir à un niveau satisfaisant.

Les lacunes de la couche picturale ont ensuite été comblées à l’aide d’un matériau de bouchage vinylique blanc. L’opération a permis d’obtenir une surface homogène et plane. Après ragréage, la surface du mastic a été structurée par application de mastic dilué pour obtenir un léger relief imitant la texture du support original.

Préalablement à la réintégration, une couche intermédiaire a été posée afin d’accueillir la retouche. La réintégration colorée illusionniste des lacunes, préalablement comblées, a rétabli l’harmonie et la lisibilité générale des œuvres. Concernant les usures et les abrasions, un repiquage très précis en glacis proche de la tonalité locale a été exécuté.

Une protection finale a été appliquée par pulvérisation. Ce dernier vernissage a eu pour but d’homogénéiser l’ensemble et de protéger la couche colorée.

L’amincissement du vernis et l’élimination des repeints ont redonné à ces œuvres un état de conservation et de présentation satisfaisant pour une bonne compréhension des tableaux. La surface de ces œuvres a été libérée au maximum des interventions précédentes pour une meilleure lecture.

 


Durée des travaux :
Montant du marché :
MaÎtrise d’ouvrage :
MaÎtrise d’œuvre :